Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 18:02

Mercredi 23 - Nantes / Le Ferrailleur : SHUB + LUCERTULAS + LE SINGE BLANC


flyer_Nantes.jpg

 

C'est dans un ancien hangar à bananes au bout du quai des Antilles sur l'île de Nantes que se situe le Ferrailleur. Une impression de grandeur accentuée par une hauteur de plafond à plus de six mètres ! Un lieu bien équipé son et lumière, un large bar en arc de cercle au milieu et une véranda spacieuse. Dans cette dernière, une expo bien sympa de jolis dessins de Gwendoline Blosse dont vous pouvez mirer quelques exemplaires > ici <.

On pose le matériel et on va garer la voiture. Amélie, Forcebeton, Fordamage nous accueille. L'affiche du soir sérigraphiée, bien sympa aussi, à été réalisée par ses soins.
On s'installe tranquilou et on pose la distro. Shub jouera en premier ce soir et demande s'il est possible de jouer par terre devant la scène relativement haute. Cela sera plus sympa avec le public et puis ça fait gagner un peu de temps au changement de set.
Pendant ce temps là, Le singe blanc débarque. Bien heureux de les voir ici ! Un peu de bises, un peu de tchatche et ils se posent tranquille. Plus tard on accède aux coulisses pros derrière la scène. Je dis pros car c'est vraiment balaise, il y a une cuisine, un salon, des toilettes et une douche ! Après quelques temps, on entends couiner dans les escaliers. Lucertulas arrive. Chris, encore en grande forme s'improvise barman backstage avec beaucoup d'humour. Ce qui aura pour effet de dissiper les dernières glaces. Blah blah, glouglou, miam miam et hi hi… Hé hé aussi de temps en temps.

Les concerts commencent. Un début difficile pour Shub, le public est présent et semble attentif.
C'est encore difficile et ce n'est pas très réactif. Les trois lucertuliens me rejoignent et on se retrouve quatre couillons de poilus à se dandiner devant. Je croise Amélie qui fait des photos du groupe. Mais jusqu'où s'arrêtera t-elle ? Ce ne fut pas le meilleur concert du groupe mais le set s'achève sans trop de difficultés.
On rate le concert de Lucertulas car nous avons une discussion au sommet pendant qu'ils jouent.

On profitera par contre pleinement du concert du Singe Blanc, et putain, qu'est-ce que ça fait du bien ! Ils soutiennent la sortie récente (fin 2010) de leur dernier album "Babylon". Encore des morceaux bien énergiques, bien barrés et qui s'adressent directement au cervelet. Leur concert est bien, ils sont encore en forme et le son est bon. Une vraie régalade !

Après les concerts on boit quelques godets au bar avec diverses et bien sympathiques personnes. J'ai le plaisir de recroiser et boire un pot avec les Choo Choo Shoe Shot au quasi complet, d'autres ziquos et actifs de cette scène. L'ambiance est bien sympa, mais il nous faut couper court pour embarquer le matos et partir. Les trois groupes de la soirée iront finir la soirée chez Vincent Fordamage. Lucertulas et nous irons dormir ensuite chez Amélie. Un voyage épique à pied durant lequel quelques viandes titubantes se servirent mutuellement de béquille afin de rentrer à bon port en même temps que tout le monde…
On essaye de se comporter dignement en allant se coucher sans déranger tout l'immeuble.
Le réveil est difficile mais on s'est bien posé. Les lits étaient faits, un bon p'tit dèj nous attends, et c'est calme. C'est la pure classe !

Les Lucertulas sont off aujourd'hui jeudi. Demain ils rejoignent Shub à Pau pour leur dernière date commune. Du coup, on essaye de se renseigner s'il est possible de les faire venir avec nous à Mensignac. Après avoir eu notre hôte Étienne et son accord, on leur propose. C'est un peu chaud car il y a encore pas mal de route à faire.
Au lieu de se reposer ça les feraient speeder et ils doivent attendre 15h pour récupérer leur matériel resté au Ferrailleur. Pour couronner le tout, Chris à chopé la crève ! Ils ont bien envie de venir mais verront ce qu'ils se sentent plus tard et ne promettent rien.

On retourne faire un tour chez Vincent histoire de voir si LSB est réveillé. On sait jamais, on pourrais un peu les emmerder avant de partir. Chose faite, un café, quelques bouletades matinales, une peccadille à fumer et banco, alonzo !

Repost 0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 13:00

Mardi 22 - Le mans / Le 80 : C.SPR + SERGEANT BUZFUZ + SHUB

 

flyer_Le-mans.jpg

Voilà bien des semaines que Shub me parle des rillettes du père Pissot, proclamées meilleures du monde ! Ils ont enregistré leur dernier album à la Boîte à meuh chez le pote de Dide, Fred Mateu alias Fredo, et goûtés cette merveille préparée au feu de bois.

Arrivé au numéro 80 de la rue nationale, une porte vitrée opaque en arrière-boutique d'une boucherie nous accueille. Le trio s'aventure dans ce qui est finalement un ruelle abîmée de trous remplis de flaques pour trouver quelqu'un. Pendant ce temps, je vide la voiture sur le trottoir. Revenus avec un diable, nous commençons la traversée en nous relayant devant la bagnole. On pose le matos dans la salle de répèt. La petite porte qui la sépare du bar et de l'entrée obstrue la vue s'il y a du monde derrière pour voir les concerts. On s'dit que ça va être une soirée intimiste…
On boit un pot et installe les instrus et la distro. Fredo arrive à ce moment-là. On délire autour de l'album qu'il n'avait pas encore vu et on tape la tchatche pendant que l'installation prend forme.
Quelques temps plus tard le monde arrive petit à petit et les choses prennent place peu à peu. Un kéké qui fait parti de l'orga me demande en fait ce que je fous là. Je lui explique qu'on tourne au volant, que je porte un peu le matos, qu'on tourne à la distro et surtout qu'on est potes et qu'on a créé ensemble notre association il y a  quinze ans. Il plaisante alors en me disant qu'en fait je portait juste les duvets. J'en rajoute un peu cyniquement en lui disant que je remonte aussi les chaussettes et coupe les citrons. Il à l'air bien défoncé, j'en fais pas cas.

Lorsque C.SPR commence, une dizaine de personnes vont voir le set dans la salle, autant restent dans l'entrée. J'irai me poser sur l'embrasement de la porte voir ce qu'il se passe. J'accroche pas trop et décroche deux morceaux plus tard. Ne connaissant pas grand chose dans la folk, je ne peux faire de rapprochements pour situer… Un duo local guitare, chant et qui joue totalement acoustique, avec qui j'aurai l'occasion de tchatcher quelques fois dans la soirée. Des gars très sympas.

Sergeant Buzfuz seul, joue par contre en électro-acoustique et quelques pédales d'effets. Par terre, il dispose savamment ses textes autour de lui avant de commencer. Sa voie a un fond éraillée, il a du coffre et joue très bien des distances avec le micro chant. Il chante bien et assure une bonne  présence. Son jeu de guitare est franc, sans fioritures. Le spectacle est même assuré lorsqu'il déclame une chanson tendre droit dans les yeux avec une nénette au premier rang. Jouant le gars pommé au moment où il lui avoue un sentiment sexuel. Il s'arrête de jouer et cherche le bon texte pour être certain que c'est bien ça qu'il voulait dire. Une fois confirmé, il reprend de plus belle, droit dans ses bottes et toujours fixé sur la fille. Un super morceau ! Je resterai presque jusqu'à la fin assez bluffé par sa prestation.
J'aurai par contre beaucoup plus de mal à dialoguer avec lui plus tard. Son pur accent anglais natif divise ma compréhension en particules.
Nous abandonnerons d'un tacite non accord commun au bout d'un quart d'heure.

Shub envoie. Le public est là mais semble absent. Seul le kéké du coin et une fille se trémoussent un peu devant. Mais ça tient plus du spectacle que d'un mouvement accompagnant la musique. L'apothéose arrive quand je jette un oeil sur l'écran du portable d'un gars qu'il tient dans la direction du groupe pile devant moi. Pensant qu'il filmait ou prenait une photo, je ne fus pas déçu quand je vis qu'il s'agissait en fait d'un film de cul ! Le mec matait ça tranquillement au premier rang pendant le concert. Rien à branler, voilà qui résume bien l'ambiance. Pendant le set, kéké me branche à nouveau. Le porteur de duvet est devenu mon pseudo. J'élude le personnage et préfère écouter la musique à ce moment précis. Il ne m'oublie malheureusement qu'un instant et me relance sur ma fonction. Il me demande ou j'étais pendant qu'ils déchargeaient le matériel ? Ce coup-ci je décide de le recadrer. Ayant pour ma part été réellement présent à ce moment je lui retourne la question. Comme il continue de se foutre de ma gueule, et que le dialogue est stérile je lui colle ma main gauche devant le nez, le majeur levé pour voir si là il comprenais… Stoïque, il me demande seulement deux minutes plus tard si je connais un certain Loïc X-or ? Oui, je l'ai vu hier soir, on a bu un pot ensemble. Il me compare à lui… Ses arguments sont très flous. Je crois au final qu'il faisait allusion à une certaine gouaille… Mais je ne crois pas qu'il ai compris ce mot.
Shub n'a rien vu de tout ça, mais ayant bien palpé la situation ils s'arrêtent au bout de trente cinq minutes alors qu'ils ont encore au moins trois, quatre morceaux sous le coude. Blasé, je gueule comme un goret tout seul en quémandant un rappel au moins avec la montée chromatique, histoire que je ne finisse pas frustré. C'est bon d'avoir des potes ! Ils s'exécutent rien que pour faire plaisir à ma petite pomme.

Heureusement le reste de l'orga est bien sympathique. On mange un bout et on boit quelques coups après avoir passé un certain temps autour de la table de distro à tchatcher. On parle du studio de Fredo, de musique, de groupes et de matos, passionnant.
Après la nuit au grenier, quelques cafés et premières intoxications pulmonaires on prend la route pour Nantes. Dide sort d'un sac un pot de rillettes. Fredo lui en avait laissé hier soir. C'est l'heure des tartines ! La réputation du père Pissot n'est pas usurpée, j'en bave rien que d'y repenser.

Repost 0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 11:59

Lundi 21 - Paris / Le café de Paris : TETSUO + SHUB + LUCERTULAS

 

flyer Paris

Lorsqu'on se pointe au troquet, comble de chance encore une fois, on arrive à dégotter une place réservée aux livraisons. Libre à cette heure-ci et pile poil devant. Cela nous sera d'une grande utilité pour le matos. D'autant qu'on va vite s'apercevoir qu'il faut traverser une première salle avant de descendre dans une cave à peine aérée. La meilleure aération réside dans un trou fait dans le plaquo du faux plafond. On s'y est pris à plusieurs fois, c'était bien là où l'on respirait le mieux. C'est petit et y'a pas de scène. ça va être barjo ce soir si y'a du monde…

Tetsuo ne tardent pas non plus. ça fait plaisir de les voir là. Toujours pas vu jouer, mais je commence un peu à les connaître à force de les croiser. Quelques temps après arrivent Lucertulas. Depuis trois ans on cherchait à les faire jouer à Nîmes. Voilà que maintenant on va se croiser plusieurs fois pendant la tournée. Je finis le fuck my tour deux jours avant les autres pour enfin les accueillir chez nous !

Toute l'orga et les potes sont là. Agnès, Greg, Karine, Olivier, Lauranie, Benoit, Franck…
On papote joyeusement et le monde arrive petit à petit. On a déjà installé le matos et la distro, ça nous laisse un peu de répit avant de rentrer dans le vif du sujet.

Un estrangoulis sépare la cave d'une arrière salle. Ca bloque un peu pour rentrer mais encore une fois je m'occuperai pendant cette attente pour tchatcher. Y'a déjà pas mal de monde et c'est quasiment plein.
Le concert de Tetsuo commence, c'est calme et ça détend. Une musique légère mais pas molle. Duo électroacoustique, leur musique est vraiment intéressante. Ils y mêlent plusieurs univers sonores. J'aurai encore raté leur prestation tellement l'ambiance peinard me laissai flâner dans cette arrière salle à droite à gauche sans déranger le set. J'en garderai un bon souvenir.

La désormais sacro-sainte pause cigarette entre les sets, une bière au passage et c'est reparti. Merde, y'a encore plus de monde et je calme mes ardeurs pour m'incruster. J'arrive tout de même à m'immiscer doucement jusqu'au deuxième rang, bloqué par un géant de deux mètres. Je n'irai pas plus loin mais aurai la chance qu'il me supporte, car il prendra plusieurs fois mon front sur son épaule à cause de mes head-bangs continus.
Le concert de Shub est chaud, très chaud même. On est serrés comme des sardines et l'ambiance monte d'un cran quasiment à chaque fin de morceaux. On se croirait au concert du méchantes bêtes de la dernière tournée. On suffoque et les murs dégoulinent de condensation. Les guitares ne tiennent pas l'accordage, il faut les régler continuellement. Une vrai galère pour les ziquos et même si on en chie de notre côté aussi, c'est un vrai bonheur !

Vite de l'air, pause clope… De retour la salle s'est un peu vidée, il reste du monde mais ce coup-ci on circule librement et il reste un fond dégarni.
Lucertulas attaque ! Encore une fois ce n'est pas un vain mot. Je suis immédiatement surpris par le son compact et les coups de kick phénoménaux que prodigue Massimo à sa grosse caisse ! Elle avance de vingt centimètres toutes les vingt secondes ! Tant et si bien qu'à la fin du premier morceau elle à presque avancé d'un mètre treize… Grosse galère, les deux autres comparses s'en aperçoivent et essayent tant bien que mal de caler avec un talon chacun cette foutue grosse caisse qui se fait la malle ! Pédales d'effet oblige, la manoeuvre n'est efficace qu'un temps, ils doivent se concentrer dessus. Je regarde autour d'eux si y'a rien qui pourrait servir à caler la bestiole; rien. À la fin du titre, je demande au batteur avec de l'anglais et des mains s'il a rien qui peut servir. Il m'explique avec le même langage qu'il a une sangle, mais pommée au fond d'une caisse. Il improvise alors un cordage avec deux jack qu'il saucissone aux pieds du gros tambour et qui passe derrière son tabouret. Ils voleront en éclat après deux coups de pieds ! Je propose alors à la fin de la troisième chanson de rester caler avec mon pied cette blagueuse pendant qu'ils jouent. Le gars me dit que c'est n'importe quoi, je lui réponds qu'il faut essayer pour voir. J'm'y colle et en prends plein la jambe car très mal installé. Je comprends alors qu'une fois bien assis et un pied de chaque côté ça devrait mieux passer. Test concluant sur le quatrième morceau, mais là je prends une dérouillée sévère à mon oreille droite. Chris, le guitariste joue comme un porcelet, à fond dans les aiguës et à burne ! Je quémande des bouchons d'oreilles au public et le groupe m'offre une bière fraîche. Enfin, le cinquième titre et je suis assis aux premières. En plein milieu du bousin. Putain ça claque ! J'ai encore mal à l'oreille mais le son est vachement bon. Je baigne dedans et vibre jusqu'à la moelle. J'encaisse maintenant tranquillement les coups de lattes de ce furieux, avec la clim en prime ! Chaque coup de pied m'envoie une décharge d'air comprimé dans la tronche, les cheveux dans le vent. Tip top, concert première classe haut la main. Nous voilà déjà copains comme cochon.

Au moment de remonter tout le matos, plusieurs équipes se forment. Certains finissent de ranger, d'autres commencent à remonter chargés. Former déjà un tas dans l'avancée du bar avant de charger le tout dans les véhicules respectifs. Quand je fais mon premier voyage, je vois Ben revenir furieux en gueulant à tout va ! La bleusaille vient de passer aligner les trois caisses des groupes et s'apprête à poser un sabot sur celle des Réju ! Il est minuit passé, aucune livraison à cette heure là et on charge du matériel. Il faudrait qu'on laisse ces places inoccupées et qu'on fasse vingt mètres à pied chargés comme des mules ? Asshole !

Tout le monde doit se séparer pour regagner ses pénates avant le dernier métro.

Tournée de bécots et on file vite d'ici, ça pue !
Non, décidément dans cette ville on rit pas !

Repost 0
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 03:11

Dimanche 20 - Mons / Le bateau ivre : SHUB

flyer_mons.jpg

Les Petula Clarck avaient programmé cette date alors qu'ils seraient en tournée à ce moment-là. Du coup on arrive sans connaître personne ni trop savoir comment ça va se passer. La ville de taille respectable et assez coquette accueille le 28ème Festival International du Film d'Amour de Mons durant cette semaine. On ne voit pas trop de monde dans les rues…

Nous avons de l'avance sur l'horaire et arrivons avant l'ouverture du bar.
Une bonne poignée de punks avec leur fidèles compagnons sont là. Le concert doit commencer relativement tôt et il n'y a pas d'autre groupe local pour attirer du monde. On se voit déjà en train de jouer devant eux et les tabourets…

Quelques instants plus tard, la serveuse arrive et nous fait entrer grâce au sosie de Pascal Légitimus version asiatique mixé à un déménageur breton. Le gars nous laisse presque la porte sur le nez sans nous saluer. On rentre le matos… La salle est bien équipée en son et lumière. Une scène un poil haute mais pas trop. Plus tard, Laurent se présente à nous. C'est lui qui va faire le lien pour l'orga. Très sympa, il nous met à l'aise et nous indique où poser nos affaires. Nous dormirons à l'étage où se trouve un petit comptoir, quelques tables et chaises, une petite scène sur laquelle trône un piano désaccordé dont quelques touches ne marchent plus. Il y a même une petite rampe de spots au-dessus. Un espace dédié au spectacle vivant d'improvisation. Chouette lieu !
Nous faisons également la connaissance du sonorisateur qui vient filer la main ce soir. Encore un costaud, apparemment bien peinard et sympa. Il nous dira venir du monde du métal et ne pas trop avoir fait de scènes comme les nôtres. Comme dirait ma tante Nine, c'est l'intention qui compte.

Laurent nous apprend alors qu'un gars d'un webzine voudrait interviewer le groupe. Plutôt agréablement surpris, nous le rencontrons juste après.
Ben(pas shub) s'occupe donc avec des amis du zine À l'arrache qui n'en porte que le nom. Ils se tapent entre trois et cinq concerts par semaine, font une émission radio sur le net, des chroniques, calendrier de concerts et autres événements culturels. Rien qu'ça !
Une rencontre bien sympa que vous pouvez partager > ici <.

On redescend, j'installe la distro tranquille et on commence à boire quelques pots.
Quelques personnes arrivent petit à petit. Comme bien souvent dans ce genre de concerts, pas mal de têtes communes se retrouvent. Tout le monde se connaît plus ou moins. Les gens me parlent et m'offrent des coups à boire comme si j'étais leur pote sans faire de différence ! Je commence à donc pratiquer notre sport régional "à toi, à moi". En pas moins de demi heure je suis super à l'aise. Le montois que nous avions rencontré hier avait donc raison… On se sent comme à la maison ! Le patron se présente, nous souhaite la bienvenue et me demande si ça ne nous dérange pas qu'un gars dorme avec nous : il avait accepté un couch-surfeur guatémaltèque pour la soirée. Je lui réponds qu'évidemment c'est chez lui, et qu'il y fait donc ce qu'il veut. C'est pas un problème pour nous. Le seul truc, c'est qu'on sait pas trop à quelle heure on va se coucher, ni dans quel état et on risque de faire un peu de bruit… "Pas grave, je le préviens et puis voilà", me rétorque t-il.

Le concert commence et ça attaque fort. Le public s'avance et fait corps devant.
L'ambiance est électrique et les gens très réceptifs. Au bout de deux morceaux, ils gueulent les intros ! On est sur le cul, nous qui croyions arriver en terre inconnu, un dimanche, seul groupe… Putain en plus le son est monstrueusement bon ! La qualité de l'album avec l'énergie du live. J'en ai des frissons et file me scotcher devant. Je m'aperçois quelques temps après que le sondier se trouve à côté de moi. J'y lève le pouce et le félicite chaleureusement, en lui disant que le son est vachement bon. Il me répond alors : "c'est de leur faute !" Hé hé, on s'était pas trompé, vraiment un bon gaillard. Pour tout dire, mais ne lui répétez pas, c'était le meilleur son de la tournée.
Une paire de rappels plus tard et la fin blues avec Ben au milieu du public, on se retrouve entre le comptoir et la distro avec une douce euphorie générale. Nous discutons pas mal sur les disques que nous distribuons, les groupes, sérigraphes, illustrateurs, lieux et assos qui les composent.
Quel accueil !

En fin de soirée on se retrouve quelques irréductibles à l'étage. On boit encore des coups à tour de bras et la soirée dévie doucement sur un concours de blague improvisé. On se retrouve bientôt plus qu'à six. Le Pascal Légitimus qui nous avait entrouvert la porte nous apprend qu'en fait il est acteur de théâtre d'impro. On se lâche de plus en plus et ça monte crescendo. Il se gargarise et nous sort le grand jeu. Se lève tantôt de sa chaise en illustrant ses propos avec de grands gestes, tantôt se roule par terre, et déclame des blagues aussi drôles les unes que les autres. Mumurge la serveuse est restée avec nous et participe aussi à nos conneries sans fin, et on est pas en reste. On se pisse de rire pendant des heures. Après les douleurs au ventre et aux zygomatiques, on ne jette l'éponge que lorsque tout le monde se retrouve épuisé.
Nous aurions bien voulu offrir un coup à boire au couch-surfeur ainsi qu'une paire de blagues, mais on n'aura malheureusement même pas vu une touffe de cheveux dépasser de son duvet.

Repost 0
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 05:20

Samedi 19 - Bruxelles / Le student : BÜFF + LA PINCE + SHUB

 

flyer Brussel

C'est enfin là que nous avons un vrai répit. Aujourd'hui nous n'aurons à nous déplacer en voiture que pour charger et poser le matos au Student bar.

On se lève tard et on a le temps de glander un peu. Un bon et consistant sandwich turc nous mettra tous d'accord. Les concerts commencent tôt ce soir, vers 19h. Nous bougeons donc juste après le petit rot.

On arrive au petit troquet avec une petite scène juste collée à la vitrine, à côté de la porte d'entrée. Un escalier en face du bar mène à une mezzanine qui nous servira pour entreposer le matériel. Petit le bar, pas tant que ça. Il est aussi muni d'une belle armoire réfrigérée bien garnie de bières spéciales… Je brise rapidement la glace et demande les conseils du patron d'après les indices que je lui donne quand à mes goûts. Un gars placide avec une bonhomie flagrante. Il a l'air d'avoir de la bouteille et me conseillera une triple un peu plus fruitée que la Westmalle. Servie avec le bon verre rafraîchi à l'instant et servie idéalement. Juste les 33 cl avec un col de 3 cm d'une mousse épaisse et goûteuse. Arrivé au liquide et après une bonne respiration qui suit la première gorgée, je suis d'abord frappé par le fruité. Les triple fermentations sont en général plus brutes. Je préfère les choses plus corsées, mais tant pis pour moi, je n'avais pas fourni ce détail au patron. Cette bière dont je ne me rappelle malheureusement plus le nom était tout de même très bonne. Juste un peu "light" au palais.

On descend une table et installe une distro en se servant du mobilier et accessoires du bar comme décor. L'ambiance est détendue. Les gens arrivent et le bar se rempli petit à petit.
Surprenant d'apprendre que la grande majorité du public est française. Et oui pas mal de vosgiens ont en fait émigré ici pour sa qualité de vie et son statut équivalent de notre intermittence du spectacle française, bien meilleur de nos jours en Belgique.

Ils disent eux-même que ce groupe est une blague. D'ailleurs y'a qu'à voir la pochette de leur CD. un homme nu avec les yeux cachés par un rectangle rouge simule un accouplement avec un chien, lui aussi masqué. Büff, serait-ce le râle qu'a poussé ce chien lors de la photo ? Cela ne serait donc pas qu'une simulation ? Juste au moment où je vois le disque, un homme habillé passe devant la distro en cachant ses yeux avec son avant bras. J'en déduis aisément que c'est lui qui est sur la pochette. Sa coupe de cheveux assez similaire à la mienne, l'a trahi. Je n'ose lui dire qu'avec cette posture on le voit de loin. J'apprendrai aussi que c'est le fils spirituel de Dave Yow.
Duo basse, batterie, cris… Un punk rock avec le son de basse bien crade. encore plus basique que Sabot, car pas de chant, juste quelques cris et onomatopées de temps en temps. Le public à l'air de bien connaître la blague et tout le monde s'amuse bien. Les seules paroles sont "t'es sec" scandées à la fin du morceau du même nom. Le set est court mais l'ambiance est déjà montée d'un cran.

Arrive alors La pince, c'est le même bassiste, mais ça s'arrête là. Son jeu n'a rien à voir ici.
Apparaissent des mélodies bancales bien travaillées et variées. Le guitariste colle au plus près les intentions mais diverge de temps en temps sur des parties bien noise. Le batteur s'évertue à passer tout ça à la moulinette. Les rythmes sont cassés, et les enchaînements pas toujours opportuns. C'est ce que j'ai toujours aimé dans la noise. Être surpris par la structure tout en gardant un fil conducteur bien rock ! Ne pas se retrouver éternellement engoncé dans des automatismes, même si on retombe dans les sauces à la manière de… Et ouais, c'est ce qui fait le jus d'une formation. Digérer ses influences et en cracher ses interprétations. Je pense parfois à Death to pigs ou AH Kraken. Mais encore une fois ce n'est pas du mauvais re-sucé !
Et même si Dave Yow (ha non merde c'est son fils) chante parfois similairement, son timbre est différent et il ne s'enferme pas dans un complexe comparatif paralysant.
Le public est déchaîné, il n'y a pas de pogo mais ça tourne à la mailloche au ralenti bon enfant.
L'ambiance est vraiment bonne et malgré la violence de la musique tout le monde à la banane !
Ce sera pour nous à ce moment là, la meilleure découverte musicale de la tournée.

Tout le monde est chaud et attend Shub de pied ferme. Après encore une journée de boulot, Émilie et Sylvain nous rejoignent exténués. Ils ne demanderont pas leur reste et nous quitterons peu de temps après le concert pour un repos bien mérité.
C'est chaud et intense ! Le public remue dans tous les sens. La scène n'est pas très grande alors Didier joue devant elle. Il est chahuté et doit son salut à un angle de comptoir qui saura le mettre hors de portée durant le concert. En contrepartie il devra jouer des entrechats pour laisser passer les gens car il se retrouve maintenant devant la porte d'entrée.
Pour ma part, mes genoux sont sciés. Je passerai un des rares concert de Shub en retrait, debout sur une banquette en pierre avec quelques aussi rares autres personnes. Nous aurons le privilège ici d'avoir une belle vue et un spectacle bien sympa que nous apprécierons grandement.
Quelle rencontre avec le public !

La musique terminée, nous faisons la connaissance d'un montois autour de la table de distro. Il ne peut venir demain nous voir chez lui. Il a donc fait le déplacement seul, soit à peu près 70 kms de distance ! Chapeau bas monsieur. De plus, il est pas mal au fait de cette scène en France. Il ne repartira pas avec moins de 5 ou 6 disques, et il connaît tous ces groupes. On discutera un bon moment et il nous confiera qu'on risque d'apprécier Mons car c'est un peu "redneck". Beh merde alors, j'ai l'impression d'entendre parler un nîmois.

Grâce à Yannick (guitariste de La Pince) et un petit échange je chope le CD de Büff, celui de La pince et une compil live en DVD de groupes  programmés par l'orga. Merci encore !

On finit à la coloc des M.O.N.O.C.L.E. Yannick nous propose alors un gratin du feu de dieu ! Je n'y ferais malheureusement pas trop honneur car l'estomac est déjà bien rempli de bière… Boris, dans une forme olympique arrive alors en compagnie d'une amie qui nous révèle que la recette vient de sa famille. Franchement la classe ! Je n'ai même pas remarqué la muscade si flagrante que tout le monde a retrouvée. J'en suis à ce point là… Et là, une bouteille de vodka russe (ramenée directement du bled par la mère de Boris) tombe sous la main de notre hôte. C'est fou ces bouteilles qui apparaissent en fin de soirée, toujours par enchantement. On se fait encore pas mal de politesses autour de ce breuvage et nous filons non sans mal nous coucher.

Encore une sonne boirée !

Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 16:09

Vendredi 18 - Bruxelles : DAY OFF

 

day off

On ne savait pas encore si on restait sur Nancy ou si on filait direct sur Bruxelles pour se reposer ensuite là-bas.
La question est réglée pour un temps. Une cymbale de Ben à été malencontreusement échangée hier soir. Il nous faudra patienter avant de refaire l'échange et la récupérer. Bien gentiment JP nous propose une tambouille chez lui le temps de patienter. Un bon moment de détente avant de reprendre la route. On tchatche pas mal en écoutant de la musique et en échangeant quelques bons délires.

Sur Bruxelles notre hébergement est prévu pour le lendemain, mais on ne veut pas s'incruster chez l'orga les M.O.N.O.C.L.E. un soir de plus, c'était pas prévu. Heureusement nous connaissons un couple d'ami qui réside là bas depuis plus de deux ans. C'est l'occasion rêvée pour les revoir et profiter un peu d'eux avant la soirée même du concert. On arrive à les avoir au téléphone, il y a de la place et ça ne les dérangent pas que nous passions une nuit chez eux. L'orga peut également stocker le matos jusqu'au lendemain. Super, on décide de se la bouger. Juste avant de partir JP nous gratifie encore d'un CD-R de l'autre groupe dans lequel il joue actuellement, Tentaculos. On l'écoute dans la voiture durant le trajet. J'ai plutôt accroché direct, et rêve déjà d'un concert avec Pulpo…

Bruxelles, une capitale européenne qui s'amuse au jeu de piste pour se diriger en ville. Comme nous n'avons pas de GPS, nous nous y prêtons. Après quelques renseignements auprès des autochtones et quelques coups de fils pour nous diriger, on arrive à se perdre au moment où on arrive ! Par je ne sais plus quel tour de passe-passe Ben descend de la voiture et on se retrouve à faire le tour du quartier pour laisser la place à la circulation. On se perd encore, Ben nous téléphone pour le rejoindre exactement où nous l'avions laissé, à cinq mètres tout au plus de notre destination !
Clément nous accueille et on pose là le matos dans la cave de la coloc où habitent aussi Boris et Yannick. Bien sympathiquement, il nous accompagnera également rejoindre Émilie au Magasin4, laquelle doit nous filer les clefs de sa piaule le temps pour elle de finir son travail et nous rejoindre.
On file poser nos affaires et on retourne vers le centre pour engloutir une assiette variée avec en bonus une fricandelle, qui mérite finalement bien sa réputation…

Sylvain et Émilie, nos amis, nous rejoignent. Clément a rendez-vous aussi avec d'autres potes qui nous rejoignent et on se retrouve assez nombreux autour d'une paire de tables. Moment idéal pour digérer et goûter quelques fameuses spécialités houblonesques de ce pays. Je me laisserais convaincre à plusieurs reprises par une triple pas piquée des vers ! On passera un bon moment à trinquer ensemble jusqu'à déjà presque plus d'heure.
Rentrés à l'appartement, on sort une bouteille de Bourbon de la voiture à qui nous ferons honneur correctement. Le volume de la musique augmente et Sylvain nous sort une belle palette du répertoire de sa discographie. Dans l'euphorie il nous sortira aussi une bonne prune des familles.
Voilà, on s'est bien reposé. Le jour "sans" a été dignement fêté. On s'est résolu à lâcher le morceau bien après le lever du soleil. D'ailleurs il était flemmard, on l'a pas vu et il pleuvait, alors on s'est couché.

Repost 0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 16:02

Jeudi 17 - Nancy / Soap Box Club : SWIN PROJECT + LE COMMANDER KEEN + SHUB

 

fly Soapbox

On arrive avec quelque chose comme une heure d'avance au rendez-vous et on tombe direct sur le parking du Soap box. Du coup on va manger quelques sandwicheries péraves aux saveurs américaines à engloutir rapidement. Après la digestion (ou pas) de ces mets ultimes, nous y retournons. Avec un périph bien chelou on se retrouve embringué sur la bretelle d'autoroute qui nous mène dans la direction opposée du club. Faisant demi-tour au bout de quelques kilomètres, nous arrivons de nouveaux dans la bonne direction et du coup direct sur le parking.

Les gars de Swin Project et JP de Escarres sont là pour nous accueillir.
On rigole de notre mésaventure, qui paraît-il arrive de toute façon au moins une fois à toute personne venant dans cette direction pour aller au Soap Box.

On décharge et on boit un pot. J'suis claqué et bien à l'ouest.
Je connaissais le lieu pour y être allé pendant la dernière tournée commune de Jubilé et Poutre en octobre 2009. Tout cela grâce au camion de Katatak et le super driver Roland Ntwin. Les bons Tomato Djihad nous y avaient accueillis pour une soirée mémorable !

On entre par le côté, ce qui est bien pratique pour poser le matos direct sur la petite scène. En face, une double porte battante où l'on peut aussi entreposer et un p'tit escalier qui mène aux cuisines. Le tout se trouve au dos du bar.

On salut de loin le patron qui a l'air plongé dans ses papiers…
Un peu plus tard dans la cuisine, je fais la connaissance de deux nénettes habillées de fluo moulant et une bonne dégaine flashy 80's. Elles font parti du collectif "La boom". Une équipe qui se promène ainsi dans les concerts, noise, hardcore histoire de faire la fête au milieu des zombies. Une excellente initiative.

Plus tard, Swin Project débute la soirée. je n'ai que quelques souvenirs diffus. C'était assez pop avec quelques envolées légères je crois… De loin, car je n'ai pas vu le set.
Mais, une fois n'est pas coutume, je retrouve leur CD 7 titres "Seneca Falls/nb" dans la distro.
Les breaks, mélodies bancales et même les voix oscillent entre Sebadoh et Pavement sur quasiment tout le disque. C'est tout de même moins surprenant que les groupes précités et le son est plus propre. Les 4 premières des presque 24 minutes de "Odalisque", le dernier morceau sont certainement les plus intéressantes. Une forte impression de Blumfeld, le groupe allemand (1990-2007). Un truc bien senti sans que ce soit pour autant du re-sucé. S'en suivent vingt minutes de noise électrique intégrale, y'avait du temps libre sur le disque…

Lorsque Le Commander Keen commence, on est derrière en train de discuter avec Oli et Giovanni de Death To Pigs. Longtemps que je ne les ai pas vus et ça fait bien plaisir de taper un peu la tchatche avec eux. Au bout de quelques temps, le son du groupe me titille un peu l'oreille. Je me déplace alors pour jeter un oeil. C'est un duo, basse, clavier, cris et batterie. Une sorte de mix avec My Disco et quelques breaks plus punks. La différence se trouve aussi sur des lignes de basse samplées et tournées en boucle, pendant que le clavier est utilisé. Des souvenirs diffus malgré avoir été devant ce coup-ci. Mais ça m'a parlé sur quelques passages. On entendait très mal la voix, mais j'ai un bon souvenir du set.

Au tour de Shub je suis encore dans un état critique. Aucun réel souvenir de ce qu'ils ont fait !
J'étais juste au taquet, collé devant à en prendre plein la tronche en compagnie de JP en première ligne avec quelques autres gars. Le set était bon, et je vois une Boomeuse venir lever les bras et gueuler sur les deux derniers morceaux. Je lui glisse non sans humour "Ha t'es là ?, j'croyais plus qu'on te verrait…"

Je discute pas mal avec Imram (Upfall?!), Mathieu et 20 boules (Thomato Djihad), quelques temps passés autour de la distro de nouveau avec Oli et Giovanni puis vient le temps des au revoir. On se retrouve avec les deux boomeuses qui me présentent aussi un gars, boomeur également et habillé de la même. On raconte pas mal de conneries et on glisse sur des blagues de plus en plus foireuses… Elles me montrent même leur tatouage au mollet, symbole de leur attachement à leur crew. On se boit une dernière paire de shot au comptoir, puis on se retire bien sagement à l'étage pour le dodo.

Repost 0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 04:31

Mercredi 16 - Besançon / La Cour Des Miracles : LES LAPINS DE MARS + SHUB

 

affiche_tour.jpg

Uncopyright_Den's_2011

 

La cour des miracles à Besançon et l'orga qui nous ont accueillis, Le club de gym est une des choses les plus vivifiante qu'il m'ait été donné de voir depuis un certain temps.
Le lieu, tenu par Amélie un petit bout de femme toute souriante, est sur deux étages.
Il est idéalement placé car au pied de l'écusson centre-ville. un quart d'heure à pied peut rendre accessible le plus gros du centre historique, commerces, institutions…
Au rez-de chaussée, un bar assez grand, avec larges vitrines sur un angle accueille toutes sortes de gens durant la journée. Que ce soit pour y boire un coup, un café ou y manger un sandwich pépère. Ce qui permet de faire tourner le lieu.
Au sous-sol, deux espaces séparés par un large comptoir donnant accès aux deux côtés.
Présenté en configuration concert on peut voir un espace lounge avec canapés, fauteuils et tables basses au bas des escaliers et l'espace live à droite en passant sous une large voûte. Seuls deux gros poteaux carrés font chier et  juste derrière, une scène basse, idéale pour ce genre de concerts. Pour ceux qui connaissent, c'est un peu comme Le baloard à Montpellier, en deux fois plus grand.
Assez de place pour poser une table pour les entrées, une pour la distro et encore même pouvoir exposer tableaux, sculptures… Ce qui est d'ailleurs le cas ce soir. Un des membres du collectif présente trois de ses sculptures en acier de bestioles et sirènes puisées de son monde fantastique. Avec de la récup, des babioles et un fer à souder, le tout avec une finition poussée. Le produit fini n'est composé que d'un lustre noir/gris anthracite uniforme. Mais en s'y rapprochant d'un peu plus près, certaines parties sont frottées (je crois). Faisant apparaître par endroits choisis une couleur plus proche du laiton en dessous. Beau travail et vraiment chouette endroit.

Le club de gym est un collectif pouvant réunir de sept à douze personnes en un coup de cuillère à potin !
L'équipe, entre vingt et vingt cinq ans est nourrie d'une belle motivation. À peine étions nous arrivés (une place pile poil libérée devant le bar) que Julius, Marianne, Loïc (Soubar) et Romaric (Roro) entre autres nous offrent une mousse pour taper le bout de gras sur le trottoir en fumant le mégot. Pendant ce temps-là, deux équipes de deux se barrent dans les rues du centre pour filer des flyers aux passants. C'est seulement la deuxième fois qu'ils organisent un concert ici et ils ont  compris, déjà depuis la première, que leur proximité avec le centre était un bel atout. Ils savent qu'ils peuvent facilement rameuter du monde au dernier moment. Des gens qui passaient par là sans trop quoi savoir faire dans la soirée.


On s'installe tranquillement et on remarque que dans un coin du bar ils avaient mis un drap blanc sous une lumière noire avec des pantoufles vertes fluo dessus. on se marre un bon coup et on pense à regarder l'affiche de la tournée, composée et sérigraphiée par Gilou des Marins Cutters, sous cet éclairage. Damned ! Le dégradé orange prend feu sous les roues du roadster. Ouais ok, façon de parler. Mais fallait voir en vrai, l'effet était vraiment surprenant. Les chipos et les merguez sous le grill ! La photo ici donne un aperçu mais c'est pris avec un téléphone portable et par un mec déjà à moitié bourré…

Bref, on commence à vraiment bien se sentir ici et ça ne va pas s'arrêter là.

Nouilles chinoises et crustacés, un clop et les concerts commencent.

Les Lapins De Mars attaquent. je n'ai que quelques souvenirs diffus car tous leurs potes étaient là et les fameux poteaux empêchaient un petit comme moi de voir ce qu'il se passait. Du coup, je passe du côté lounge en sirotant quelques mousses et en tcatchant encore et toujours. Je peux dire que c'était rock avec quelques accents noise légers de temps en temps et de longues plages un peu plus psyché ou ambiant. Ben est présent avec moi et ça nous permet de faire un peu connaissance avec deux, trois personnes sympa.
Et là, c'est le drame, le boulet du jour est là. Oui c'est bien lui, déjà il ne nous a pas lâché chaque fois qu'on sortait fumer une cigarette. Il nous disait qu'il était sonorisateur de métier et qu'il en connaissait un rayon… Au début c'était sympa de discuter avec un gars intéressé par ce qu'il se passe. Mais quand pendant un concert il t'empêche d'écouter et de profiter du moment présent en t'expliquant que la basse est pas assez forte, que la batterie ceci et le reste cela, ça commence un peu à brouter. On essaye d'y expliquer gentiment que c'est pas bien grave, que c'est un concert de rock et qu'on fait avec ce qu'on a et que tout va bien. Mais rien n'y fait, on essaye donc de prendre un peu le large…

Après encore un clop fumé sur le trottoir on redescend pour le set de Shub. Ils ont décidé de jouer devant la scène pour en plus d'être au milieu des gens, éviter le problème que j'avais rencontré juste avant. De plus le public est moins compact et on peut les voir d'en face et d'un côté. Une longue guirlande de leds blanche est là. Du coup ils s'en servent aussi pour décorer la batterie et éclairer les pieds de Raph et Dide.
Grâce à cette disposition j'arrive facilement à me retrouver devant. Et là, je tombe sur Soubar.
Bourré au Pontarlier (équivalent du pastis local) et apparemment aussi con que moi, Il se lâche, s'essaye à la danse du bourracho en gueulant à tout va.
Hé hé, bonne ambiance !
On me tapote sur l'épaule… ha ! C'est encore lui ! Le sonorisateur qui est là dans le public, me dit que la basse est trop forte et que… Là, je l'arrête direct et je lui dit de prendre des vacances. Vu qu'il est là, qu'il en profite sans se prendre le chou. Juste pour la musique, mais non, c'est plus fort que lui, il faut que ça pinaille encore. Alors je le coupe en lui disant que pour ma part je voulais en profiter et qu'il me lâche la guibole !
Plus tard vers la fin du set, l'ami bourracho décide d'adouber Dide en lui passant la guirlande autour du cou pendant qu'il jouait. Mort de rire, j'enlève délicatement la chose enroulée autour de lui avant qu'il ne tombe ou ne morde directement le bonhomme inconscient de son acte. Le concert s'achève après la partie slide et impro dans une douce euphorie !

Après ça, on a même le droit à la gnôle de pépé, putain de classe ! Et franchement elle était sévère, j'en ai goûté une paire, celle-là était vraiment rude. On discute encore et Amélie nous confie qu'elle aimerait bien continuer à faire des plans comme ça avec les gymnastes. Beh ouais, carrément qu'il faut qu'ça dure. On s'aperçoit qu'ils ont une large ouverture d'esprit sur la musique avec du bon hip-hop qui arrache la tête en fond. On parle aussi de gens qu'on connaît qu'ils aimeraient faire passer. Bref, encore une fois une équipe bien motivée et ça fait chaud au cœur.

La jeunesse et le mélange d'alcools aidant, on trouve Soubar étalé le long du caniveau à côté de sa cosmic 205 chargée à bloc par sa batterie. Petit problème de synchronisation pour ramener le matos à leur local et envoyer tout le monde se coucher en même temps. J'ai moi même une 205 et propose donc d'emmener le gars jusqu'au local de répet. Il réussit à poser un bout de cul sur sa banquette arrière et se tient au dossier du fauteuil conducteur pour me servir de GPS. Arrivés à un feu rouge, il me parle avec des  bulles dans la bouche. Je lui dis illico d'ouvrir sa fenêtre et étant presqu'à l'arrêt je grille le feu pour m'arrêter juste devant une barrière ouverte de parking sur la droite. Ouf, mon épaule est sauvée, et là, c'est le drame. Il se vide de tout le trop plein qu'il avait. J'me roule une cigarette en attendant que ça passe. Là, le bassiste des lapins de mars arrive derrière en bagnole et après s'être arrêté à 10 cm, le pousse direct au cul. Les pare-chocs craquent un peu, alors Soub monte dans sa caisse et d'un coup de première nerveux, s'extirpe de là sans demander son reste et la deuxième voiture suit. Roro, le grateux, qui était descendu de la deuxième voiture se retrouve comme moi, planté là. Il m'apprend alors qu'on était arrivé, le local est là, derrière ce parking. On y va alors tranquillement tous les deux. Décidé de ne pas passer encore une heure là-dessus, je vide la bagnole et j'en monte plus de la moitié dans leur merdier, qui se situe en plus de ça après des escaliers, une montée et un labyrinthe de couloir. Je ne croiserai Soub qu'une fois durant les aller/retour, titubant et traînant son tapis de batterie et un malheureux pied de cymbale dans l'autre main. J'aurai la mauvaise idée d'essayer de le motiver pour la suite. En ayant entendu un son, il se dirige vers lui mais ne s'arrête pas. Je me retrouve vautré dans les buissons, alors qu'un de ses potes le tire tant bien que mal de là. Plutôt con, mais ça me fait encore marrer. Je suis décidément aussi bien bourré.

On ramène Soub se coucher chez Roro et on marche jusqu'à l'apart de Julius. Seul encore un peu lucide et bien présent sur tout ce qu'il se passe, il aura tenu le reste de la barque jusqu'au bout. Enfin posé, sur la table basse pile devant mes yeux, une bouteille de vodka me tend les bras. Je m'achèverai en la faisant tourner à qui n'en veut et en en fumant un gros.

Le lendemain, on chope quelques viennoiseries au passage et on retourne chercher le matos. On se pose un bon moment autour d'un café. Amélie nous accordera encore quelques instants et on continue de tchatcher avec les gymnastes présents. On repart de là, de belles rencontres et un bon gros kiff dans la tête !

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:59

Mardi 15 - Lyon / Le Tostaki : SEB & THE RHÂÂ DICKS + JUBILÉ + SHUB

 

cantat.jpg

 

On arrive à Lyon, accueillis par notre ami Seb Radix.
Le lieu, le Tostaki, un petit bar méconnu mais bien placé en centre ville sur le bord de Saône. Serait-ce mortel ?
Dès notre arrivée les Jubilé sont là avec des potes, un grand plaisir de les retrouver ici !
Messieurs Damien A'Y'S et Pedro de La Hoya sont aussi là pour filer la main.
Notre hôte nous explique qu'après l'avoir bien travaillé au corps, être passé le voir plusieurs fois et affiché chez lui bien à l'avance, le patron n'a pas encore capté que ce soir il y avait un concert !
Et oui, on se croirait chez nous à l'ancienne Movida, le mardi c'est Jazz-manouche.
Après quelques intenses minutes de non-réflexion, il comprend qu'il faut appeler le groupe pour déplacer leur concert dans un autre lieu. Il est 19h et il est déjà bourré !
C'est décidément pas gagné…


Après avoir descendu le matériel à la cave, Pedro m'accompagne pour faire trois fois le tour du quartier et enfin trouver une place pour la voiture à un quart d'heure de marche. Une bonne occasion pour tchatcher un peu ensemble.
À notre retour, pas mal de choses sont déjà installées. Les groupes terminent le montage et nous passons à table.
Quelques instants passés aux entrées pendant le set de Seb And The Rhââ Dicks me donnent l'occasion d'y voir quelques visages connus et agréables, la Fresh Team, Digo, Sam et Juliette que je n'ai quasiment pas vu depuis leur exil sur Lyon. Quel plaisir de les voir ici, on passe un bon moment ensemble.


Aux premières notes, je me précipite en bas pour ne pas rater l'intro de Jubilé.
Longtemps que je les ai pas vus et je veux pas manquer ça. Ouf ! Pour une fois je n'ai pas trop ranconné et je peux profiter de l'intégralité du set. Comme à leur habitude, ils nous envoient une musique bien compacte, tendue et répétitive.
Clem a encore progressé, travaillé le son, je trouve que c'est un des rares duo guitare/batterie actuel à avoir su un peu pallier au manque de basse sur scène, c'est vachement bon !
À la longue ça peut saouler, mais c'est comme My Disco, sur scène ça en devient hypnotique pour peu qu'on veuille bien se laisser porter…
Le public est là et bien présent. Quelques nouveaux morceaux ont déjà été composés (au moins deux ?) depuis le dernier split album avec Ntwin.
Avec qui ils enchaînent d'ailleurs une tournée de 9 dates du 24 février au 05 mars.
A surveiller, ils passent peut-être en ce moment par chez vous…


Une lampée d'eau "source des pins" (pour être sûr de ne pas en manquer sur scène) et Shub attaque son concert. Le lieux est bien rempli dans la cave voûtée d'où un son un peu trop sec mais bien compact se dégage. Ils sont en forme et ça dégage pas mal, le public est enthousiaste et ça se voit ! Une bien belle soirée.
On boit quelques coups avec le patron, il nous fait des blagues niveaux math. sup. qui nous rendent dubitatifs. Pour couronner le tout il passe son temps à nous demander de fermer nos gueules quand on ouvre les portes pour faire sortir les gens petit à petit, afin de ne pas avoir de problèmes avec la bleusaille. Le souci c'est que quand on se tait, il continue de gueuler des inepties à tout va. Résultat, on peut pas ouvrir et on ne peut faire sortir personne. Là, Dide lance en l'air "Tu vas nous lâcher oui ?!" Le temps de réaliser ce qu'il se passe, une latence de vide nous permet d'enfin libérer ceux qui voulaient partir.


On doit récupérer le matos vers 12h30, lorsqu'on part se coucher il est tard, le doute s'installe en nous.
Après une fin de soirée bien sympathique, une nuit réparatrice et un p'tit déj copieux, on file au rendez vous en faisant quelques blagues de tout ça.
Ce qui devait arriver arriva. Après 10 coups de fils, avoir gueulé et sifflé dans la rue pour le réveiller (il habite à 5m du bar) il ouvre enfin sa fenêtre, la tête enfarinée, une heure plus tard. Il descend et en s'excusant du retard nous dit qu'il avait oublié son portable le soir au bar.
Bref, on récupère tout, on charge la caisse, et après la dernière du patron on embrasse chaleureusement Seb pour se diriger vers Besançon, ou Besac pour le autochtones.

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:42

Lundi 14 - Dornbirn / Tik : SHUB + MARVIN + PAPAYE

 

flyer_Tik.jpg

 

Le Tik est un centre culturel. Nous sommes accueillis par un professeur en design graphique et plastique. On ne s'attend pas spécialement à voir du monde ce soir si ce n'est les potes Marvin et JB. Je ferai alors connaissance d'Emeric (room 204) et Franck (kommandant cobra).

Il faut se rendre au 2ème étage avec le matos pour passer un couloir et accéder à un espace ouvert. Un comptoir au fond et 2 accès sur la droite vers une salle de concert toute équipée. Scène à plus d'un mètre de haut et jauge de 400 personnes (à la louche). On est bien petit par rapport à tout ça.
L'accueil est très sympa, on arrive sur les balances de Marvin, le matos de Papaye est déjà installé par terre, face au mur opposé du bar.
Marvin finit ses balances, on nous propose alors de se rejoindre autour d'un goulash à se taper le cul par terre. C'est la première fois que j'en goûte un. On nous offre également un grand verre à pied servi d'un nectar rouge et pose la bouteille sur la table. Qu'elle n'est pas notre surprise de constater qu'il s'agit d'un vin autrichien ! On pète de chaud.
Après cette ventrée, nous allons prendre divers digestifs en coulisse.

Shub commence.
Le son part un peu dans tous les sens mais reste correct. Difficile de sonoriser dans une salle de cette taille avec une trentaine de pelés (dont une vingtaine d'étudiants de notre hôte) pour encaisser. Je me déplace vers le centre pour profiter d'une meilleure acoustique. La hauteur de scène n'arrange pas les choses, mais ça reste un bon concert. Le fait de commencer, ils sont moins éprouvés, ça tourne assez rond et le public réagit bien.

Marvin reprend le flambeau, le public me semble un peu plus étoffé. Je ne sais pas si c'est dû au fait de ne pas les avoir vu depuis longtemps dans ces conditions, mais le son me semble plus compact et ça me touche directement en plein dans les tripes ! Le set est très intense, j'en sortirai marqué et leur ferai savoir.

Papaye termine la soirée avec le set le plus chaleureux de la soirée. On est collés devant et on a encore tous très chaud ! Première fois que je les vois sur scène. Les jeux de grattes se complètent bien et ne se marchent pas dessus. Ce qui reste rare de nos jours et agréable comme spectacle. Les lignes très nerveuses et techniques s'enquillent sur le rythme endiablé de la batterie.
JB me fait toujours autant délirer, on dirait vraiment qu'il tape sur un jouet tant son jeu semble naturel, pieds nus comme sur la plage, Huckleberry Finn en vacances ! Encore un groupe de scène, y'a pas à chier, par terre c'est vraiment une autre dimension.

On doit dormir sur place, cool, pas besoin de trimbaler le matériel jusqu'à demain.
La soirée s'achève avec quelques personnes encore présentes. On tchatche en buvant et on écoute de la musique jusqu'à pas d'heure. On s'amusera même à faire du scratch sur une platine CD de DJ.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de assos'y'song
  • Le blog de assos'y'song
  • : Il s'agit du blog de l'Assos'y'song, organisatrice de concerts noise, rock, punk, pop, blues, hip hop, kraut, électro, expérimentale. Tous ces styles représentent ce qui nous touchent mais nous ne faisons que peu de dates. Petit label à ses heures, on a aussi une distro DIY.
  • Contact

Recherche